LAST EXIT

05 octobre 2019

Nous y voilà !

[...] D'ici une génération, je crois que les dirigeants du monde découvriront que le conditionnement des enfants et la narcohypnose sont des instruments de gouvernement plus efficaces que les matraques et les prisons ; et que le goût du pouvoir peut être tout aussi bien satisfait en amenant, par la suggestion, les gens à aimer leur servitude, plutôt qu'en les contraignant à obéir à coups de pied ou de fouet. [...]


Aldous Huxley à Georges Orwell, 21 octobre 1949.

ob_0ed248_orwell-huxley


On imagine cependant que les quelques résistants aux traitements subiront le même sort que Winston... C'est déjà le cas, jusqu'au complet conditionnement.

Posté par montag01 à 10:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 juillet 2019

Réforme du chômage 2019 ou l'esclavage travesti

amazon

    Des sanctions plus sévères vont être appliquées aux récalcitrants à l'esclavage salarial. Il ne manquerait plus que ces scélérats consacrent leurs indemnités chômage au bon développement de leur pensée, et éventuellement à esquisser au creux de leur tête de fainéants, un monde décent. Sait-on jamais...

   Mieux vaut les envoyer à l'usine le plus vite possible, à la chaîne si possible, genre dans l'agro-alimentaire, ou au centre de tri le plus ingrât, miam, suffisamment loin de chez eux, afin de rallonger la durée du temps de travail, non payé celui-là, et puis tiens ! Pourquoi pas leur infliger une petite taxe sur leur voiture qui pue à ces déchets, de manière à ce qu'ils travaillent un peu plus, pour se payer un véhicule plus propre, lequel les conduira encore plus sûrement à l'usine, qui les aidera à payer leur véhicule plus propre, lequel les conduira encore plus sûrement à l'usine, qui les aidera à payer leur véhicule plus... Euh !

   Parallèlement à ce broyage de masse, les grandes écoles continuent de cracher leurs jeunes requins, mangés à la sauce algorithme et rationnalisation, parfaits limiers du système en place, souriants, pédagogues, leur notebook, contenant les rudiments de la fabrication des futurs burn-out, greffé sous le bras , et leur réflexion politique tout entière se résumant à ces quelques phrases d'une absence désarmante envers les classes laborieuses  : "Ben, l'ont qu'à chercher du travail !" "Ben, l'ont qu'à travailler, plutôt que de toucher les allocations ! Beuhhhh ! ".

Posté par montag01 à 17:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 mai 2019

Festival de Cannes... ou l'insalubrité du luxe (la suite)

festival-de-cannes-2019-glamour-sur-la-croisette-pour-la-deuxieme-montee-des-marches-1557949456

   Une énième fois, malgré toutes nos contorsions de corps et de cerveau pour éviter cet accident d'éthique provoqué chaque année, on doit de nouveau subir le fratras de mousselines, de dentelles, et de taffetas, l'excès de coutures et de traînes interminables en tous genres, se noyant sous les flashs de journalistes trop patients (mais il faut bien qu'eux aussi gagnent leur vie).

   Le festival de Cannes, nous offre donc, un nouvelle fois, ses multitudes de faces surmaquillées, et de sourires uniformes, sur fond d'une musique qu'on a fini par honnir, à force de l'enchainer à un événement incontournable, et malgré tous nos efforts fournis pour l'éviter. On aime le cinéma, on l'adore même, mais celui-là, on s'en passerait volontiers, surtout de ces interviews de batterie filmées ans l'urgence, sur fond de ciel azuré, et cheveux au vent de stars imbues d'elles-mêmes. On ne peut leur en vouloir, au vu du tapis rouge déroulé chaque année, rien que pour leurs yeux saturés et leurs mines éternellement blasées, la multitude de flashs crépitant dès qu'elles esquissent le moindre geste, et les interviewers se liquéfiant littéralement d'aise dès qu'elles gloussent, ou au moindre mot, si crétin soit ce dernier.

   Aussi, on a envie de pleurer quand A. Banderas dit à quel point il a souffert pour jouer, et quand, une fois atteint le paroxysme de la douleur, il a enfin compris qu'il fallait tuer Antonio Banderas, afin d'assumer son rôle, et ragnagna...

   Que dire encore, du nouveau film de Ken Loach, applaudit par les aficionados du lucre, croyant sans doute là, et du haut de leur médiocrité, acclamer une fiction particulièrement réaliste, à mille lieues pour eux de LEUR réalité. Bref, la 69e cérémonie du festival de Cannes s'est ouverte comme autant de bouches qui se fendent pour se goinfrer de tout, y compris de ce qui leur échappe.

Posté par montag01 à 11:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 mai 2019

Didier Lombard ou la négation du mal

19205207

   Pour M. Didier Lombard, la souffrance au travail semble être un terme inconnu, même après 19 suicides au sein de son entreprise.

   Il est vrai que pour l'ancien PDG de France Telecom, actuellement Orange, la tâche s'est avérée difficile car il s'agissait alors de supprimer 22 000 postes, sans licenciement, ce dernier étant interdit dans la fonction publique. Comment faire donc ? C'est alors que notre parangon de l'imposture eut une idée lumineuse, pousser à bout les salariés, afin qu'ils partent d'eux-mêmes. Pour cela, la soumission de quelques nervis fut nécessaire afin de bien organiser la sortie, sous-entendu le massacre mental desdits employés, accompagné de termes solidement choisis pour la circonstance "Si ils ne sortent pas par la porte, ce sera par la fenêtre !".

   Le salopard ne croyait pas si bien dire. Sa diabolique stratégie a porté ses fruits, lesdits salariés sont partis donc, les pieds devant pour 19 d'entre eux. L'Etat a sa part dans ce petit jeu aux intérêts financiers considérables, puisqu'il s'était désisté avant cette démoniaque réorganisation, quant à sa participation dans l'entreprise à moins de 50 %. Aïe, il allait falloir combler le trou financier laissé par le marteau gouvernemental.

   Que faut-il retenir de cette abjection, sinon l'abolition de toute technique d'un management ordurier, enseigné au sein de ce que d'aucun considère comme de Grandes Ecoles, et se libérer du joug salarial, pour sûr.

Posté par montag01 à 15:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,