A l'heure où l'on condamne 8 ex salariés de chez Good Year, à 6480 heures de prison parce qu'ils ont eu le malheur de séquestrer pendant (seulement) 30 heures dans leur usine, ceux qui leur ont supprimé leur gagne-pain en 2014, on peut bien préconiser le même traitement pour le président du MEDEF et pour ses mensonges éhontés, ce serait là, la moindre des choses.